Bernard de Chevenon

Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la Couronne, de la Maison du Roy et des anciens barons du royaume

Anselme de Sainte-Marie, 1726-1733 Tome 2, p. 278
Armoiries.chevenon.bernard

Bernard de Chevenon, évêque et comte de Beauvais, pair de France, avoit été évêque de Saintes durant plusieurs années. En cette qualité, il avoit gagné un procès au parlement le 8 avril 1410 contre Elie de Lestranges, évêque du Puy, qui avoit été évêque de Saintes, pour les reparations des maisons épiscopales de cet évêché. Ce procès et cet arrêt mentionnez aux registres du parlement, portent à croire que Bernard de Chevenon fut successeur immediat d’Elie de Lestranges. Cependant Claude Robert, et après lui MM. de Sainte-Marthe ont écrit que ce fut Bernard du Sault (de Saltu) qui succeda en l’évêché de Saintes à l’évêque Elie, et à lui Bernard de Chevenon. Le P. de Sainte-Marthe les a suivis en marquant que ce premier Bernard, auquel il ne donne point de surnom, se trouve inscrit évêque de Saintes dans les registres du Vatican, au 24 juillet 1398 et que le 26 fevrier suivant il fonda une chapelle à Castel-Sarrazin ; qu’à lui succeda un autre Bernard, surnommé de Chevenon par quelques-uns, qu’il nose assurer avoir été different du premier. Il ajoute que ce second Bernard reçût au nom de Louis de France, dauphin de Viennois et duc de Guienne, l’hommage des consuls de Montauban le 9 juillet 1410. Le procès cité ci-dessus, pour reparation des maisons épiscopales de Saintes, semble ne pas donner lieu de douter que Bernard de Chevenon n’ait été successeur immediat d’Elie de Lestranges. Il fut transféré à l’évêché d’Amiens, où il étoit en 1411 et ensuite à celui de Beauvais, dont il prit possession le vendredi 19 janvier 1413. Il se trouve nommé avec les pairs de France, dans une liste du parlement du 12 novembre 1414 fut envoyé au mois de janvier suivant avec le duc de Bourgogne, et Philippe de Morvillier par le roi Charles VI vers le roi d’Angleterre, qui assiegeoit la ville de Rouen ; assista au parlement le 25 juillet 1418 herita dans le mois suivant de Jean, seigneur de Chevenon, écuyer, son frère, testa le 6 fevrier 1419 ordonnant que s’il mouroit à Paris il seroit enterré dans le choeur de l’église de Beauvais, du côté gauche, proche de son prédécesseur ; et que s’il mouroit dans le diocèse de Nevers, on l’y enterroit dans la cathedrale devant le grand autel. Il parle dans son testament de sa terre de Chevenon ; laisse aux hermites de S. Augustin de Paris, où Hugues son frère avoit été enterré, cent francs pour dire une messe chaque semaine ; instituant pour heritiers universels ses cheres nieces Marie et Guillemette de Maintenon ; et pour executeurs Oudart de l’Espinasse, seigneur de Champalement, Renaud de Fontaines, professeur en Theologie, doyen de Nevers, Guillaume le Clerc et Jean de la Marche, conseiller du roi. Il mourut le 10 du même mois et an. Eustache de Laistre, chancelier de France, chanoine et fouschantre de Beauvais, partisan des Bourguignons, fut élû évêque de Beauvais ; mais il n’en pris pas possession, étant mort de 18 juin 1420.


Blason_Famille_Chevenon

Guillaume de Chevenon, écuyer, étoit capitaine de la tour de Vincennes le 1 septembre 1370 et en 1381 qu’il reçût 200 francs sur ses gages. Il est qualifié chatelain en bois de Vincennes en 1383, qu’il lui étoit dû 513 livres 5 sols parisis, ce qui fut reduit à 400 francs.


Guillemin de Chevenon, capitaine du bois de Vincennes à 500 francs par an, ramenez à 300 francs, assignez sur les généraux en 1387.


Jean de Chevenon, écuyer, valet tranchant du roi Charles VI eut en don de ce prince 200 francs d’or, dont il donna quittance le 1 novembre 1391 et la scella de ses armes, une fasce accompagnée de trois tierces-feuilles ou quinte-feuilles.


Huguenin de Chevenon, étoit valet tranchant du roi en 1386 et 1388. On ne peut assurer si c’est le même que Huguenin de Chevenon, capitaine des chateau et tours du bois de Vincennes, qui cessa de l’estre en 1394 mais il y a preuve que ce dernier étoit frère de Bernard, évêque de Beauvais, qui a donné lieu à cet article, et de


Jean de Chevenon, écuyer, seigneur de Chevenon, de Chezeaux, Pacy, Sermoise, Puly et de Nigenne, huissier d’armes du roi, qui en cette qualité donna quittance de 500 francs d’or, à lui ordonnez en consideration de ses services à la guerre et ailleurs, le 12 decembre 1390 au bas est son scel aux armes de Chevenon, avec une bordure pour brisure. Il fit hommage à Huë d’Amboise, chevalier, seigneur de S. Verain, pour la terre de Chezeaux, naguieres acquise de Guiot et Herard de S. Verain, écuyers, et paya le cinquieme denier, le 28 novembre 1391 fut rétabli et confirmé capitaine des chateaux et tours du bois de Vincennes, au lieu d’Huguenin de Chevenon son frere, par lettres du roi du 3 novembre 1394 toucha pour un terme de sa pension 166 livres 13 sols 6 deniers en 1401 1402 1404. Il est qualifié écuyer d’écurie du roi en 1410 servoit avec quatre écuyers sous le comte de Nevers, dont il est qualifié conseiller et député avec la duchesse de Bourbonnois, pour pacifier des troubles en 1414 fut l’un des executeurs du testament du connêtable de Sancerre, et mourut le 27 août 1418 ayant eu de Philippe de Digoine sa femme


Guillaume de Chevenon, chevalier, seigneur de Chezeaux, de Pacy, &c. qui fut tué sans enfans à la bataille d’Azincourt en 1415 laissant veuve Heliette Girard, qui avoit épousé 1° par contrat du vingt-sixième janvier 1398 Elie Chaudrier, chevalier, seigneur de Dompierre en Aunis, fille de Jean Girard, chevalier, seigneur de Bazoches, et de Marie de Lunel. Elle eut de grands procès avec les heritiers de son mari et de Jean de Chevenon son beau-pere, dont la principale étoit Marie de Maintenon, femme de Simon Ottelinguen, chevalier, heritiere de Guillemette de Maintenon, femme d’Hervé Leonarre. Heliette Girard fit une fondation dans l’église de Chevenon, à la collation des seigneurs du lieu, le 25 mai 1452 fit hommage de Chezeaux au comte de Nevers en 1461 et testa fort âgée le jour de S. Pierre et S. Paul 1467 elle y dit que son premier mari est enterré à Cordes en Poitou et veut l’être à Chevenon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.