Jean de Beaumont

Sources

Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France

Père Anselme, Tome 1, p.487

Jeanne de Courtenay, dame d’Autry, de Cours-les-Barres, et de Villeneuve-des-Genets, épousa avant 1362 Jean de Beaumont, chevalier, seigneur du Coudray en Berry : son mari eut la tête tranchée par sentence du prévôt de Paris, pour crime de lèse-majesté, le 6 septembre 1367 et elle obtint du roy le 18 octobre suivant, pour elle et ses enfants, la terre du Coudray et autres biens confisquez sur le défunt.

Histoire Chronologique du Prieuré de la Charité-sur-Loyre – Manuscrit Girerd

Anonyme, Folio 175

La mesme année [1369], Jeanne de Courtenay, vefve de feu Jean de Beaumont, chevalier seigneur de Passy, donna au convent une maison avec le jardin derrière scituée dans la rue de la porte de La Marche, pour l’anniversaire de feu son mary. Ex carta ejus.

Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne Société des sciences

Dey, Volume 4 – 1850

Leur sixième fils, Pierre de Courtenay, écuyer, destiné d’abord à l’église, puis marié à Marguerite de la Louptière, succéda à son père, vers 1331, comme seigneur de Villeneuve-les-Genêts, et mourut le 7 septembre 1348.
Cette seigneurie devint alors la propriété de Jeanne de Courtenay, leur fille, qui épousa, en 1362, Jean de Beaumont, chevalier, seigneur du Coudray-en-Berry. Celui-ci fut condamné à mort par sentence du prévôt de Paris, pour crime de lèse-majesté, et eut la tête tranchée le 6 septembre 1367.
Plusieurs enfants étaient nés de cette union mais nous n’avons pu découvrir si la seigneurie de l’illeneuve s’est conservée dans la maison de Beaumont jusqu’au moment où elle passa dans les mains de l’argentier Jacques Cœur, à qui elle appartenait au moment desa disgrâce et de sa condamnation.

Bulletin de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais

Ach. de Rancourt, N°88 – 1876, p. 270

« Marie de Melun épousa Jean de Beaumont; le père Anselme mentionne ce mariage (1).
« Je n’ai trouvé aucun document sur ce Jean de Beaumont. Cependant, l’histoire de la maison de Courtenay fait mention d’un Jean de Beaumont, chevalier, seigneur du Coudray en Berry, qui avait épousé Jeanne de Courtenay, dame d’Autry. Il fut décapité en 1367 pour crime de lèze-majesté.
« Charles V, touché de compassion pour ses enfants, leur rendit leurs biens par lettres données à Paris le 28 octobre de la même année.
« Vraisemblablement, Jean de Beaumont, qui épousa Marie de Melun, était fils de ce Jean de Beaumont et de Jeanne de Courtenay.
« Je suis d’autant plus porté à le croire qu’en outre de la présomption fondée sur le voisinage des deux châtellenies d’Autry et de Cernoy, il y avait, vers cette époque, alliance entre les maisons de Courtenay et de Melun. En effet, Agnès de Melun était mariée à Pierre de Courtenay, dont elle était veuve en 1395.
« Du mariage de Jean de Beaumont et de Marie de Melun vint Alix de Beaumont.
« Bien que je n’aie rien découvert de certain sur la famille de Jean de Beaumont, je pense qu’elle était de celle qui produisit deux maréchaux de France : Guillaume de Beaumont, en 1250, et Jean de Beaumont, en 1315. Jean de Beaumont, maître d’hôtel du roi en 1320, était également de cette maison.
« Quoique le nombre des girons ne soit pas le môme sur le sceau, où ils sont au nombre de douze, que sur les armes des maréchaux de Beaumont, où ils sont au nombre de huit, il y a là néanmoins similitude frappante.
« Les maréchaux de Beaumont portaient gironné d’argent et de gueules de huit pièces. Dans une généalogie de la famille de Loynes par le chevalier de Courcelles, généalogiste ordinaire du roi, il est dit que Antoine de Loynes, qui vivait en 1515, épousa en premières noces Geneviève de Beaumont, à laquelle il attribue les armes citées plus haut : gironné d’argent et de gueules de huit pièces.

Pere_Anselme_Tome_V_p_247

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.